Le Paris des Romantiques

Publié le par Philippe Belnoue

Autre révélation musicale récente, le bonheur est renouvelé à chaque écoute du dernier disque de Bertrand Chamayou (sur piano Erard 1837 dans le concerto de Liszt), de Julien Chauvin (au violon pour la Rêverie et Caprice de  Berlioz) & de Jérémie Rhorer, ce dernier dirigeant le Cercle de l'Harmonie, ensemble qu'il a fondé récemment.

 

                                              http://www.pianiste.fr/images/bibli/pia0076066romantiques.jpg_750_750_1

 

Voilà une équipe où la jeunesse se conjugue avec un immense talent artistique. La verve des interprétations et une évidente complicité entre les interprètes font souffler l'énergie du bonheur de jouer ensemble.

On y trouve donc un impeccable concerto de Liszt sous les doigts et l'inspiration d'un de ses plus brillants thuriféraires, révélé par ses études transcendantales vers 2004, premier album du pianiste, il me semble. Son album consacré aux Années de Pélerinage ont marqué un jalon dans la discographie et son jeu d'une probité portée par un imaginaire & une culture riches m'ont permis de retrouver les belles émotions perçues lors d'un concert dans le Gers en août 2009. Quel beau moment de musique ! J'aime ce concerto sans affèterie, simplement jouissif, au Romantisme assumé (et cultivé).

Bertrand Chamayou est décidément l'un des pianistes du moment, dont j'admire le parcours. Je lui souhaite de continuer ainsi et d'avoir une longue et brillante carrière, car il le mérite. Tous ses enregistrements sont à connaître.

Mais l'oeuvre marquante de l'album "Le Paris des Romantiques" reste la quatrième symphonie en sol majeur opus 33 de Napoléon-Henri Reber (1807 - 1880). La verve, la douceur de cette musique, aucunement mièvre, me rappelle Mendelssohn, certes, mais aussi Schubert qui croiserait le chemin de Schuman (3ème mouvement) complété par quelques accents alla Bruckner, il me semble. Bref, au delà de cette petite liste à la Prévert, c'est bien d'une oeuvre singulière et immédiatement attachante dont il s'agit. Merci à Jérémie Rhorer & à son Cercle de l'Harmonie de nous mettre en lumière cette musique que je ne me lasse pas d'écouter.

Pour découvrir un extrait de cette symphonie, vous pouvez écouter le premier mouvement sur le site de Naïve ou sur musicme (nonobstant quelques publicités...)

Bonne écoute.

Publié dans Musiques au coeur

Commenter cet article