Klavierstücke de Brahms (suite)

Publié le par Philippe Belnoue

La reprise de l'apprentissage du piano auprès d'une jeune et brillante pianiste génère une prise de risques et une remise en question de ma pratique présente mais aussi passée. Aussi, lui présenter l'intermezzo opus 118 n°6 ne fut pas sans appréhension, car outre la difficulté technique à proprement parlée, il en est autrement encore de la musique "pure", l'oeuvre étant passionnante, riche mais difficile d'accès par son austérité toute brahmsienne. Comment ne pas se livrer à une dangereuse et fragile introspection en jouant cette pièce, qui révèle nos blessures secrètes avec un Art consommé ?

Je me crois enfin mûr pour interpréter cette pièce, car les fantômes disparaissent et seule la musique importe désormais.

 

A la version quasi idéale de Radu Lupu et à celle si poétique de Wilhelm Kempff, il faut ajouter l'enregistrement hédoniste et naturellement sophistiqué de Murray Perahia, qui nous a donné récemment l'un des plus beaux récitals consacré à Brahms que l'on puisse rêver. Les variations sur un thème de Haëndel sont, par ailleurs, un must à ranger aux côtés d'Arrau ou de Serkin. Du grand Art !

Publié dans Musiques au coeur

Commenter cet article